Mots-clefs

, , , ,

corathonesC’est en me rendant dans mon magasin de running préféré sur Annecy que je suis tombée sur une affiche annonçant les 10Km de Thônes.

Thônes est une petite ville typiquement savoyarde située à mi-chemin entre Annecy et les stations de La Clusaz et du Grand-Bornand. Si l’hiver y est plutôt déprimant, l’été en revanche la ville s’anime et devient une destination idéale où séjourner: Equitation, Randonnée, VTT, Via Ferrata … Nombres d’activités pour toute la famille combleront votre séjour loin des tracas des grandes villes.

Revenons à la course si vous le voulez bien. J’avais déjà eu l’occasion d’y participer , voici maintenant 4 ans, alors que je me remettais tout juste à la course à pieds. J’avais réalisé une très belle performance en terminant en moins de 50min, avec en plus une bonne randonnée dans les jambes.

L’objectif pour cette nouvelle participation était donc simple: Faire mieux. Je me suis donc fixé un rythme de 4’45″/Km qui me permettrait théoriquement de terminer en 47’30 » .

Le parcours, relativement plat, n’est pas très exigeant. Il est constitué de 3 tours tantôt sur le bitume tantôt sur des chemins et comble du confort, il se court en début de soirée, évitant ainsi à ses participants de courir en pleine chaleur. L’ambiance est particulièrement sympathique et détendue, loin des ambiances de départ de grands marathons auxquelles je suis plutôt habituée ces derniers temps.

Je ne vous cache que j’appréhendais un peu au départ. Cela fait maintenant quelques années que je ne m’aligne plus sur des distances si courtes et a fortiori si rapides. Ajouter à cela, que nous reprenons tout juste l’entraînement après la phase de repos qui a suivi notre dernier marathon début juin. Bref, on ne peut pas dire que j’ai pris les départ sereinement. Je fais malheureusement partie de ces personnes qui ne savent pas prendre le départ d’une course sans se fixer d’objectif, sans se lancer de nouveaux défis. Des fois ça passe et des fois … ça casse.

Et là malheureusement, ça ne s’est pas passé comme je l’avais prévu. Dans le premier tour, j’ai commencé à ressentir des frissons, mes jambes ont commencé à se comporter comme si elles étaient faite de coton … Les symptômes de l’hypoglycémie! Pourtant, j’avais pris soin de manger des gâteaux secs une heure avant le départ mais je pense n’avoir pas choisi les bons aliments. Je me suis donc arrêtée, un peu sonnée par cette constatation. Encouragée par mon copain, je me suis rapidement ressaisie et j’ai rallié au mental le stand de ravitaillement, où j’ai avalé un carreau de chocolat. J’ai évité le pire mais je n’ai jamais pu reprendre l’allure que je m’étais fixé pour cette course. Je finis donc péniblement en 49’43 » (temps officiel).

Le bilan n’est pas totalement négatif puisque je bats mon record personnel sur la distance (Il faut l’avouer de seulement une poignée de secondes!) et que je n’ai été limité ni par la fatigue musculaire, ni par le souffle. De très bon augure pour notre prochaine échéance: Le 10Km d’Annecy, le 22 Septembre.

Si vous courrez des 10Km, comment vous alimentez-vous avant la course? Prenez vous une ravitaillement en milieu de course?

Publicités