Mots-clefs

, , , , , , , , ,

transeDifficile de faire l’impasse sur un film de Danny Boyle tant sa filmographie est épatante. Rendez-vous compte: Trainspotting en 1996 qui a révélé le désormais incontournable Ewan McGregor, La Plage en 1999 de loin son plus mauvais film, 28 jours plus tard en 2007, Sunshine en 2007, l’excellent Slumdog Millionaire en 2008 et 127 Heures en 2010!

Certains détestent et d’autres adorent ce style si particulier. Pour ma part, j’apprécie tout particulièrement son habile façon de nous troubler. Il arrive toujours un moment du film où le spectateur ne sait plus ce qui est vrai de ce qui ne l’est pas, exactement comme les personnages. Impossible dès lors de en pas être transporté par ces intrigues où le bien et le mal, le vrai et le faux et parfois le passé et le présent se mélangent au point qu’ils ne puissent plus se distinguer les uns des autres. La confusion est un moyen habile pour de nombreux réalisateurs de masquer les incohérences des scénarios, ce qui n’est absolument pas le cas pour Danny Boyle dont les fims finissent toujours sur un dénouement limpide, laissant uniquement une savante dose de mystère, parfaitement dosée. Et c’est là tout sont art!

L’autre prouesse de Danny Boyle est de nous présenter des films avec des thèmes aussi différents. Il ne s’attache pas à un style bien particulier et peut passer aisément de la Science-fiction au Biopic. Chaque sortie est donc l’occasion de découvrir une nouvelle facette de ce réalisateur de génie.

Trance c’est l’histoire un peu déconcertante de Simon, commissaire-priseur le jour et joueur de poker compulsif la nuit, qui suite à son addiction au jeu n’a pas d’autre solution pour s’en sortir que de collaborer au vol d’un des tableaux mis en vente par la société de vente aux enchères qui l’embauche. Malheureusement il est touché à la tête dans le feu de l’action. A son réveil, impossible pour lui de se souvenir où il a bien pu cacher le tableau que ses associés cherchent activement. Bien décidé à récupérer coûte que coûte le tableau dérobé, Frank, va user de tous les moyens pour tenter de soutirer l’information au pauvre Simon, persuadé que ce dernier ment pour garder le précieux butin rien que pour lui. Mais rien n’y fait: Les menaces et la torture ne fonctionnent pas. En dernier recours, Frank va donc faire appel aux services d’Elizabeth, un psychothérapeute spécialiste de l’hypnose dans l’espoir de récupérer l’information capitale dans le subconscient de l’amnésique. Mais ce que nous allons découvrir grâce à elle est loin , très loin de ce à quoi le spectateur, Franck et ses comparses et même Simon s’attendait!

Pas de super star au casting si ce n’est notre compatriote Vincent Cassel, décidément abonné aux rôles de truands. Rosario Dawson est très convaincante (sa doublure française également) et n’est pas loin de nous hypnotiser nous aussi.

Le rythme est enlevé, ponctué de très nombreux rebondissements et de scènes bien tournées. Bref, je vous recommande vivement ce film pour lequel j’ai eu un véritable coup de coeur!

Bonne séance!

Publicités