Mots-clefs

, , , , , , , , , , ,

Programme chargé pour cette dernière journée complète à New-York. Nous l’avons commencée comme à notre habitude au Starbucks du coin de la rue puis nous avons pris le métro en direction du Guggenheim, entendez le Solomon R. Guggenheim Museum consacré à l’art moderne, à croire que la visite du MoMA ne nous a pas totalement dégoûté de cet art si difficile à appréhender.

j9nyc4Le monument qui abrite le musée est lui même une véritable œuvre d’art qui à elle seule mérite une visite. Les plans sont l’œuvre de Frank Lloyd Wright qui malheureusement n’eut jamais le bonheur de voir son chef d’œuvre terminé puisqu’il décéda peu avant l’inauguration des lieux, le 21 octobre 1959. La galerie d’exposition n’est pas une classique enfilade de pièces mais une hélice. Le visiteur doit pénétrer dans le musée par son sommet puis descendre progressivement le long de la rampe légèrement inclinée pour atteindre le niveau du rez de chaussée en fin de visite. C’est étrange comme cette organisation confère une continuité à l’ensemble de l’exposition! Dans un musée classique, il n’est parfois pas évident en rentrant dans une salle de décider vers quelle œuvre se diriger en premier, et de sortir sans en oublier une. Ici, il suffit de se laisser aller dans la descente et de marquer des arrêts à chaque œuvre.
L’exposition que nous avons eu la chance de voir était consacré aux œuvres en noir et blanc de Pablo Picasso (1881 – 1973). Père fondateur du cubisme qui consiste à représenter les choses façon abstraite, sous forme d’agglomération de formes géométriques abstraites, il est notamment l’auteur du célébrissime tableau Guernica. Si les tendances monochromes du peintre ont fait l’objet de périodes d’exclusivité en matière de couleurs employées par le maître comme la Période Bleue (1901 – 1904) ou encore la Période Rose (1904-1906), le goût prononcé du peintre pour la peinture en noir et blanc semblent avoir traversé les âges. Comme pour le MoMA, nous avons trouvé la visite sympathique mais sans plus. Décidément nous restons imperméable à l’art moderne!

Après une pause repas au David Burke café, que nous avions déjà testé auparavant durant notre séjour, nous avons décidés de nous octroyer un après-midi de shopping, comme nous l’avions fait à Las Vegas, rappelez-vous, j’en parlais d’ailleurs par ici! Nous avons visité les magasins de nombreuses enseignes (Nike, Burberry, Ralph Lauren, Tommy Hilfiger, …) et nous n’avons pas du tout succombé! Nouvel échec cuisant lors d’une tentative d’achats compulsifs en série.

j9nyc5Pour se remonter le moral fortement atteint non seulement par cette quête vaine mais également par l’idée que le séjour touchait maintenant à sa fin, nous avons fait une halte au paradis … Je veux parler de Magnolia Bakery! Au détour d’une sortie de ce magasin immense qu’est le célèbre Bloomingdales, nous avons découvert cet endroit où la gourmandise prend tout son sens et n’est plus un vilain défaut. Difficile d’attendre patiemment son tour devant l’étalage de cupcakes magnifiques, fraîchement préparés devant vous! J’ai opté pour celui à la vanille malgré la couleur bleue de sa crème, plutôt déstabilisante pour un produit vanillé. De nature peu gourmande et donc peu friande des cupcakes bien souvent synonymes de crème lourde et écœurante, j’ai été diablement surprise par ce gâteau certes très sucré mais d’une légèreté remarquable.  Accompagné d’une camomille, ce goûter m’a laissé un souvenir plutôt dur à oublier.

Pour notre dernier dîner new-yorkais, nous nous sommes offert un très bon restaurant: le Asellina. En plus d’être un endroit branché, à la décoration très sophistiquée, ce restaurant propose une cuisine d’inspiration italienne succulente. L’accueil y est chaleureux, le service impeccable et la note relativement raisonnable. Une très bonne expérience pour finir ce séjour!

Il est temps maintenant de faire le bilan de cette escapade dans la Grosse Pomme. J’ai particulièrement apprécié le rythme trépidant de cette ville qui ne dort jamais, la concentration d’endroits à visiter, d’activité culturelles … mais très vite la nature et les grands espaces m’ont manqué! Il me serait impossible de vivre dans un ensemble de constructions si dense, pris d’assaut par autant de monde et au climat si rigoureux (On a eu vraiment froid certains jours) et ce malgré les nombreuses attractions que propose New York, dont nous n’avons pu apprécier qu’une infime partie durant ce séjour de 10 jours!

Il s’agissait de mon deuxième séjour outre-atlantique après notre Road Trip de cet automne et j’ai hâte d’y retourner pour continuer à découvrir cette immense pays aux multiples facettes. Prochaine destination américaines : La Floride et/ou la Louisiane!

En attendant, je vous donne rendez-vous très prochainement pour vous parler de mon futur week-end à Barcelone et du programme que nous avons concocté pour notre première virée en Espagne.

A bientôt!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités