Mots-clefs

, , , , , , , , ,

Nous ne pouvions visiter New York sans nous offrir le fantasme de nombreux adeptes du running: Un long footing dans Central Park! Quel coureur n’a pas rêver d’arpenter les allées de ce parc mythique d’une foulée aérienne? Nous avons pour habitude de toujours mettre dans notre valise une tenue 100% Running pour chacun de nos voyages, quelque soit la destination, histoire de pouvoir céder à une envie pressante de footing. Bien souvent, elles squattent le fond du sac jusqu’au retour mais il arrive que nous les sortions pour s’offrir des footings aux quatre coins du monde!

C’est ainsi qu’après avoir pris notre petit déjeuner au Starbucks au coin de la rue comme à notre habitude, nous avons pris le métro direction « Uptown » et que nous sommes descendus au niveau de la 59ième. Je ne vous cache pas qu’il faisait plutôt très frais avec une pointe de vent glacial lorsque nous nous sommes élancés (Le mot est peut-être un peu fort car à 6’30 au kilomètre. Disons que nous nous sommes plutôt laissé aller, que nous avons pris le temps de regarder à droite et à gauche!).

Nous n’étions pas les seuls à avoir cette idée, c’est incroyable le nombre de coureurs que nous avons croisé. Des jeunes ou des vieux, des femmes ou des hommes, courant seuls ou en couple, à des rythmes plus ou moins soutenus …

L’emplacement du parc, en plein cœur de Manhattan, qui s’étend des beaux quartiers à Harlem, permet une véritable mixité sociale à l’heure du footing. Aussi les coureurs sont beaucoup moins formatés que ceux qui arpentent les abords du lac d’Annecy le dimanche matin.

Capture d’écran 2013-02-09 à 22.37.00

Le parc a plutôt mauvaise mine en plein hiver, qui plus est un jour de grisaille. Le 1er janvier avait beau ne pas tomber un lundi cette année, les écureuils avait leur air triste du début de semaine, celui auquel fait référence la romancière Katerine Pancol dans le titre du troisième volet de sa saga à succès, Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi. Loin d’être de la grande littérature, je vous en conseille néanmoins la lecture sur la plage cet été. Pas de panique si certaines s’attardent à la vue de votre livre: Difficile de s’imaginer quelqu’un portant une paire de tongs bleu schtroumpf hyper tendance en 2012 mais totalement « has been » en 2013, surpassée de loin par le bleu turquoise!

j6nyc1Après une douche bien méritée, nous avons pris la direction de Times Square et du quartier de Broadway, bien décidés à expérimenter une séance de cinéma 100% VO. A notre grande surprise, il n’y a pas de salles de cinéma à tous les coins de rues comme nous nous l’imaginions. Après avoir un peu chercher, nous avons trouvé notre bonheur dans la 42ème, non loin de Times Square: Une salle de cinéma Regal (Regal étant le plus grand exploitant de salles de cinéma aux États-Unis, il gère quelques 6000 salles à travers une quarantaine d’états!). Nous avons pris la décision d’aller voir un film que nous n’aurions pas souhaité voir en France et notre choix s’est porté sur Jack Reacher avec Tom Cruise. Certes il a fallu rire sans comprendre pourquoi et attribuer arbitrairement un sens à des mots imprononçables mais dans l’ensemble nous avons bien apprécié ce moment d’immersion dans la culture américaine.

Budget 14$ par personne

Ce fût également l’occasion de découvrir que les américains ont une façon bien différente de la nôtre d’occuper le premier jour de l’année. Si chez nous les rues sont désertes exception faite des abords de la boulangerie vers midi, lorsque les gens vont se ravitailler en pain frais pour le dernier repas marathon des fêtes, à New-York les rues sont envahies de personnes qui profitent du jour férié pour aller faire les magasins. Presque toutes les enseignes sont ouvertes, et au vu des nombreux sacs que chacun portent la période des achats n’est pas terminée! Si cette frénésie d’achat peut paraître incongrue un tel jour pour nous autres européens, il est indéniable que le 1er Janvier n’a en aucun cas ce goût de fin de fêtes qu’on lui connaît par chez nous! J’avoue que j’ai plutôt aimé cette agitation!

Pour manger

Petite entorse à la tradition aujourd’hui. Je ne vais pas vous faire de recommandation gastronomique mais plutôt vous recommander à un endroit à éviter absolument. Dans la perspective de notre demi-journée 100% américaine, nous avons voulu aller manger un VRAI burger et nous nous sommes arrêter au fast-food: The Counter, Custom Built Burger. L’idée est plutôt alléchante sauf qu’il s’agit d’un endroit extrêmement exigu si bien que l’ambiance est proche de celle d’une vitrine de Noël du Printemps Haussmann dont les clients seraient les marionnettes et dont l’attraction consisterait à essayer de manger proprement un burger dégoulinant de sauce! Si nous avions perdu quelques calories en trottinant dans Central Park quelques heures plus tôt, nous les avons bien vite récupéré rien qu’en respirant l’odeur de frites qui régnait dans la petite salle aussi grande que la salle de bain que nous avions au Bellagio lors de notre voyage précédent!

Les endroits où déguster un bon burger ne manquent pas, évitez donc The Counter!

j6nyc2

Publicités