Mots-clefs

, , , , , ,

zeroC’est avec Django Unchained un des films les plus attendus de ce début d’année. Zero Dark Thirty, dont le nom directement tiré du jargon militaire désigne la demi heure qui suit minuit, raconte l’histoire de la traque d’Oussama Ben Laden.

Après les attentats du 11 septembre 2001, la CIA a traqué pendant près de dix ans, sans relâche le chef du réseau Al-Qaida. Cette traque s’est achevée dans la nuit du 1er au 2 mai 2011 par l’opération Neptune’s Spear (en français Trident de Neptune) au cours de laquelle Ossama Ben Laden fût tué.

On suit le cheminement de l’enquête depuis les prémices au lendemain des attentats meurtriers de New York jusqu’à l’assaut final de la villa fortifiée où le chef d’Al-Qaida se cachait à Abbottabad au Pakistan en compagnie de Maya, jeune agent de la CIA, qui à force de courage et de ténacité est parvenue à retrouver le terroriste le plus recherché au monde.

L’introduction du film plante le décor mais fort heureusement sans nous remontrer pour la énième fois les terribles images de ses attentats que nous avons encore tous en tête.  La qualité des images est assez exceptionnelle tant au point de vue des décors que dans la façon de filmer l’opération militaire finale. L' »Effet Hollywood » avec sa ribambelle d’effet spéciaux est parfaitement évité, le scénario patriotique avec larmes et embrassades tout aussi, si bien qu’on assiste à un spectacle d’un rare réalisme. La réalisatrice Kathryn Bigelow, à qui on doit notamment le film préféré de Brice de Nice, Point Break,  s’est déjà essayé au genre en nous proposant en 2008 un film sur fond de guerre en Irak, Démineurs dont la critique avait fait l’éloge. Je n’avais pour ma part vraiment pas apprécié le parti pris de filmer caméra à l’épaule, que beaucoup de spectateurs comme moi ont dû mal à supporter. Obligée de sortir pour cause de nausées importantes devant les images mouvantes, je garde du film un très mauvais souvenirs. Il faut reconnaître que même s’il ne fait pas parti du genre de films que j’apprécie, Zero Dark Thirty est une véritable réussite. Difficile comprendre les raisons de la controverse qu’il a suscitée outre-atlantique concernant l’utilisation de la torture par les autorités américaines lors des interrogatoires. Le film y fait effectivement référence mais sans pour autant prendre parti. Il serait donc vraiment dommage que l’actrice principale, Jessica Chastaing, soit écartée de l’Oscar de la meilleure actrice pour cette raison.  Elle incarne dans le film Maya, cette agente plus que déterminée qui va lutter envers et contre tout/tous pour parvenir à ses fins. Retrouver Ben Laden va devenir une véritable obsession et lui permettre de ne pas baisser les bras. Heureusement le succès est à l’issue de sa quête inespérée. Il est amusant  de constater que  Jessica Chastaing excelle dans les rôles de femme forte malgré son physique délicat. On a avait eu déjà l’occasion de la constater dans le très bon Des hommes sans loi dont je vous ai parlé par ici.

Seule ombre au tableau, la longueur du film. Même si la traque fût plus que longue et  à plusieurs reprises au point mort, il est dommage que le film ait suivi le même tempo! Difficile de ne pas décrocher dans ces conditions, fort heureusement le rythme s’accélère au moment de l’assaut final,  nous permettant d’accrocher le wagon et de finir la séance captivé!

Bonne séance!

Publicités