Mots-clefs

, ,

Comme tous les ans, nous allons passer le réveillon bien loin de chez nous. Pour le choix de la destination des vacances de fin d’années, le principe est relativement simple et se base sur l’alternance entre le soleil et le froid.

  • Réveillon 2010: Finlande – Laponie
  • Réveillon 2011: Maldives – Île de Kani
  • Réveillon 2012: USA (Décidément c’est l’année) – New-York

nyc

Le départ est fixé au 26 décembre 2012 et le retour au 5 janvier 2013. L’heure est à la planification de ces 9 jours dont nous disposerons pour découvrir cette ville qui ne dort jamais.

Et la première chose à programmer est bien la soirée de la Saint-Sylvestre. Le froid annoncé me découragera sûrement d’aller assister comme 750’000 autres personnes au fameux décompte de minuit à Times Square. Depuis le 31 décembre 1907, la place est devenue le lieu d’une des plus spectaculaire célébration de la nouvelle année au monde. A partir de 23h59 précise, une énorme boule lumineuse (diamètre de 3,7m) descend lentement le long d’un mât situé au sommet du deuxième plus haut building de New-York, One Times Square, pour se poser à exactement minuit. Rendez-vous compte que pas moins de deux millions de personnes ont assisté à ce spectacle le 31 décembre 1999! Histoire de ne pas finir congeler, nous opterons sûrement pour un dîner dans un endroit sympa en attendant patiemment le décompte avant de pouvoir peut-être expérimenter pour la première fois le « Hug » américain.

Je vous propose donc de découvrir l’histoire de New-York en attendant de vous présenter le programme que je suis en train d’élaborer.

On suppose que l’histoire de New-York remonte à l’arrivée de peuples venus d’Asie par le détroit de Bering mais on ignore totalement à quel moment. Le premier européen à s’aventurer dans l’immense baie n’est autre qu’un florentin du nom de Verrazano, missionné par François Ier pour trouver un passage au nord du Nouveau Monde vers l’Asie. Nous sommes en 1524. Cette découverte fort intéressante, reste malheureusement sans suite (un peu comme celle de la baie de San-Francisco) et il faut attendre l’année 1609 pour que nos amis anglais, plus précisément le britannique Henry Hudson, pénètre la baie et remonte le fleuve qui porte aujourd’hui son nom. La compagnie néerlandaise des Indes orientales qui emploie Monsieur Hudson met à profit sa découverte et fonde en 1624 la Nouvelle Amsterdam sur l’île de Manhattan où viennent s’installer petit à petit des colons flamands et wallons (En ces temps reculés, il semble qu’ils arrivaient encore à vivre ensemble en harmonie). Greenwich Village et Upper East Side voient fleurir un commerce de peaux de bêtes et de tabac … L’importation d’esclaves débute dès 1630.

En 1664, les anglais ravissent sans véritablement rencontrer de résistance la Nouvelle Amsterdam aux Hollandais et la rebaptise New-York (C’est vrai que çà sonne mieux!). La ville se développe très rapidement pour atteindre près de 5000 habitants en 1700. Le commerce se diversifie, la farine devient la principale denrée exportée. La mise en du très contesté « Stamp Act », impôt sur les journaux et documents officiels anglais, marque en 1765 malgré sa rapide abrogation le début de la contestation qui mènera à l’indépendance qui interviendra le 9 juillet 1776. New-York devient alors la première capitale des États-Unis, de 1785 à 1790.

L’essor de cette ville est époustouflant. Le Stock Exchange, véritable symbole new-yorkais est crée en 1817 et remplace la bourse qui se tenait jusque là en plein air sur Wall Street. Rendez vous compte que la population est passée de 60’000 habitants en 1800 à 200’000 en 1830 et de très nombreux immigrants, surtout irlandais et allemands continuent de converger vers ce poumon économique! Central Park est inauguré en 1880 offrant aux new-yorkais toujours plus nombreux un véritable havre de paix en plein milieu de la ville. L’expansion important de la ville conduit à la réalisation de nombreux projets comme la construction du Pont de Brooklyn, le plus vieux pont de New-York (1883), la création d’un métro souterrain (1904). Enfin New-York accueille cette statue offerte par la France en 1886 et qui deviendra son principale symbole: La Statue de la Liberté.

En 1898, les communes avoisinantes se joignent à leur géante voisine pour former le Grand New-York, la ville la plus peuplée des États-Unis avec 3,5 millions d’habitants et  cette mégapole se divise en cinq districts :

  • Manhattan, le quartier d’affaires
  • Brooklyn
  • Le Bronx au nord
  • Le Queens à l’est
  • et Staten Island au sud.

New York subit de plein fouet le krach boursier de 1929, dû à une spéculation effrénée et peine a s’en remettre malgré la réalisation de nombreux de projets grandioses, comme la construction de l’Empire State Building. Durant la seconde guerre mondiale la ville voit arriver de nombreux intellectuels européens fuyant le conflit mais également le totalitarisme et devient en 1945 le siège de la jeune Organisation des Nations Unis. Les attentats du 11 septembre ont profondément marqué les new-yorkais mais n’ont en rien altérer leur dynamisme, en témoigne le chantier du nouveau World Trader Center!

Histoire courte en comparaison de celles d’autres villes comme Paris mais relativement intéressante. Je terminerai par deux curiosités:

  • Peter Minuit, premier gouverneur de la colonie, a acheté l’île de Manhattan aux indiens Canarsie pour seulement 24 dollars! Selon certains historiens, il s’agit du premier acte de spoliation des indiens.
  • A New-York on parle plus de 80 langues!

Bien consciente que 9 jours ne suffiront jamais à découvrir ne serait ce que le principal, il va falloir faire beaucoup beaucoup de choix. C’est la raison pour laquelle je vous invite à répondre à une petite question:

Si vous ne deviez garder qu’un souvenir de votre première visite à New-York, lequel choisiriez-vous?

Publicités