Mots-clefs

, , , , ,

Après trois semaines d’un périple haut en couleurs, nous avons rallié une deuxième fois l’étonnante ville de Las Vegas, point final de notre road-trip merveilleux.

Notre programme

Nous avons quitté notre motel miteux de Tusayan à l’aube afin de rallier tranquillement Las Vegas, en effectuant un léger détour pour emprunter la mythique Route 66.

Ambiance bucolique sur cette route bordée d’une myriade de fleurs jaune et un brin de nostalgie en pensant à une époque que l’on n’a certes pas connue mais dont l’évocation en ces temps de crise nous évoque un style de vie, un je-ne-sais-quoi de bon vivre définitivement disparu.

Inutile de guetter un panneau historique pour vous arrêter et faire la photographie que vous rêviez de faire, ils ont tous été remplacés. Cela ne nous a pas empêché de nous ranger sur le bas-côté et de poser devant un de ces nouveaux écriteaux.

Après quelques heures de conduite, nous avons atteint Las Vegas en milieu d’après-midi. Comme lors de notre première visite, impossible de rester à l’extérieure tant la chaleur est intense. Direction donc l’Outlet, bien décidés à profiter de ce temple de la consommation. N’en déplaise aux accros du shopping, aucune des nombreuses enseignes présentes et proposant pour certaines de gros rabais, n’a déclenché chez un de nous deux de fièvre d’achat, de frénésie de consommation. Nous sommes sortis avec seulement une paire de Converses pour monsieur et un pull Tommy Hilfiger pour chacun. Cette piètre prestation est à mettre au compte d’un véritable manque  d’entraînement ajouté à un manque de patience … voir de volonté. Il faut dire que je n’ai pas mis les pieds dans une grande surface depuis quelques années maintenant. Je suis totalement allergique à ces endroits où l’on se perd si vite, où il y a toujours trop de monde et qui deviennent carrément déprimant lorsque la foule n’est pas au rendez-vous!

Un peu sonnés par cet effort non récompensé, nous avons filé direction l’hôtel, histoire de se poser un peu avant de sortir profiter de notre dernière nuit sur le sol américain. Lors de notre première visite nous avions opté pour un hôtel de moyenne gamme, le MGM Grand, cette fois-ci place au plaisir et à l’extravagance, nous avions réservé une chambre au sein d’un des hôtels les plus connus du Strip: Le Bellagio. Manque de chance, le système informatique était complètement bloqué empêchant le check-in, il a fallu s’armer de patience pour enfin accéder quelques heures plus tard à une chambre parfaitement décorée avec vue sur … La Tour Eiffel! Je vous rassure tout de suite, je ne suis pas tombée nez à nez avec un tigre dans la salle de bains!

Voici mes deux coups de cœur, pour cet hôtel gigantesque:

  • La pâtisserie Jean-Philippe avec une mention spéciale pour ses milk-shakes. J’ai opté la version noix de coco, avec de véritables copeaux. Délicieux! N’étant pas très gourmande de sucres, j’avoue n’avoir pas pleinement profité de l’offre alléchante de pâtisseries raffinées, de chocolats et de viennoiseries mais je vous encourage vivement à le faire
  • Les chapelles. Le Bellagio dispose de deux chapelles de mariages. Nous n’y sommes pas rentrés mais il est impossible de ne pas remarquer tous ces couples qui se pressent vers une porte située dans un coin de l’hôtel, seul un écriteau relativement discret indique qu’il s’agit là de l’entrée d’une chapelle. Il y a les couples très traditionnels, Monsieur en costume et Madame en longue robe blanche mais également des couples plus loufoques, des couples préférant vivre cet instant juste à deux et d’autres accompagnés de leur famille et amis. Place aux fantasmes les plus délirants!

Comme on ne change pas une équipe qui gagne, nous avons dîné aux Hard-Rock Café mais l’idée du retour ajoutée à la fatigue accumulée durant ces trois semaines aussi fantastiques qu’intenses et à une première session de jeu sur les machines à sous catastrophique, a quelque peu plombé l’ambiance. Plutôt que de déambuler toute la nuit entre les casinos et les boîtes de nuit, nous sommes rentrés relativement tôt à l’hôtel!

Réveil difficile le lendemain! Nous avons quitté le Strip à l’aube, direction l’aéroport. Et là, stupéfaction totale en découvrant le système de restitution des voitures de location. Pas d’attente, pas de bousculade, … Il n’a pas fallu plus de cinq minuscules minutes pour rendre notre Impala White.

Le trajet s’est très bien déroulé (United Airlines devrait songer à renouveler sa flotte vieillissante qui fait désormais pâle figure à côté de nouvelle compagnie comme Emirates) et c’est un peu endormis et pas mal déboussolés que nous avons débarqué à Genève le lendemain au petit matin.

Ainsi se termine le récit de notre Road-Trip américain. C’est incontestablement le plus beau voyage que j’ai fait jusqu’ici. Je vous donne rendez-vous très prochainement pour d’autres aventures, prochaine destination New-York!

See you soon …

vegas21vegas20vegas19vegas18vegas17vegas11vegas12vegas14vegas13vegas15vegas16vegas10vegas09vegas08vegas07vegas06vegas03vegas05vegas04vegas02

Publicités