Mots-clefs

, , , , , , , ,

nouvellechanceJ’ai longtemps fait partie des inconditionnelles de Clint Eastwood, réalisateur de génie, s’il en est, du troublant Mystic River, du bouleversant Million Dollar Baby, du magnifique L’échange, de Gran Torino, d’Invictus et dernièrement de J. Edgar. Mais tout cela c’était avant: Entre temps, il y a eu son intervention pitoyable à la convention républicaine de Tampa le 30 Août.

Une prestation minable, largement relayée de part le mode et qui jette l’opprobe sur cette icône du cinéma. Il est désormais incontestable que Clint Eastwood ne réussi pas tout ce qu’il entreprend, contrairement à ce que je pensais jusque là. C’est donc avec un peu d’appréhension, que j’ai pris ma place en ce vendredi après-midi pour aller voir Une nouvelle Chance.

Première surprise, il ne s’agit pas d’un film réalisé par le maestro. Il n’est que producteur et acteur principal, revenant sur sa décision de ne plus jouer que dans ses propres films. En effet depuis 1993 et le film Dans la ligne de mire, Clint Eastwood ne figure au casting uniquement des films qu’il réalise.

Dans Une Nouvelle Chance, il interprète Gus Lobel, un homme vieillissant, bougon et peu aimable envers les personnes qu’il croise. Cet ancien sélectionneur de base-ball a beaucoup de mal a accepter de vieillir et refuse catégoriquement de se rendre à l’évidence: Il est en train de perdre la vue. Mais Gus n’est pas totalement malchanceux, il a parmi ses collègues une personne sur qui il peut compter: Pete Klein. Pete s’inquiète de l’état de santé (physique et moral) de Gus, il ne voudrait pas que cette baisse de régime pousse son ami prématurément vers la porte de sortie. C’est la raison pour laquelle il contacte la fille de ce dernier afin qu’elle accepte de l’épauler lors de son prochain déplacement. Mais les relations entre Mickey et son père sont loin d’être au beau fixe. Il faut dire que Gus est peu loquace et les années passant, de nombreux non dits on finit par rendre leurs rencontres pénibles.

Ce voyage imprévu va être une occasion pour le père et sa fille de se retrouver après tant d’années passés à s’éviter. Vont-ils réussir à profiter d’instants privilégiés grâce à leur passion commune, le base-ball, ou vont ils encore passer leur temps à se chamailler comme ils le font à chaque instant qu’ils passent ensemble?

Très bon scénario servis par un casting en or, Clint Eastwood occupe la tête d’affiche avec deux acteurs de talents, Amy Adams la princesse de Il était une fois et Justin Timberlake qui enchaîne les bons rôles au cinéma (Time Out, Sexe entre amis, Bad Teacher, Alpha Dog et Social Network) nous faisant presque oublier qu’il est avant tout chanteur (Instant Nostalgie … 🙂 )

Le sujet central de ce film n’est pas comme on pourrait le croire le base-ball mais bien de la difficile relation enfants-parents. Comment arriver à se construire quand notre voie n’est pas celle pour laquelle nos parents se sont tant battus? Peut-on être fier de nous même si nos parents semblent ne pas être satisfaits de nos réussites?

Autant de réponses que de nombreux jeunes adultes se posent et auxquelles si peu sont en mesure de répondre …

Bonne séance!

Publicités