Mots-clefs

,

Je vais évoquer aujourd’hui l’étape de notre périple qui m’a le plus impressionnée: La traversée de Death Valley.

Notre programme

Après notre petite escapade sur les hauteurs de Mammoth Lakes, nous avons pris la route en direction de l’entrée de la Vallée de la Mort où nous devions passer la nuit. Compte tenu de sa réputation, nous avons préféré arriver en fin d’après-midi, peu enclins à expérimenter les sensations d’extrêmes chaleurs en cet endroit détenteur du record du monde en la matière.
Pour la petite histoire, le record de température absolue aurait été mesuré dans le désert de Libye en 1922 (57.8°) mais ce record a été invalidé le 13 septembre de cette année, soit une semaine après notre passage, faisant de Death Valley l’endroit le plus chaud du monde avec une température record de 57.1°!

Avant donc de s’engouffrer dans la fournaise, nous avons fait une courte halte dans la petite ville de Lone Pine. Vous n’en avez jamais entendu parler? Normal, pour une raison que l’on ignore, cette petite ville née au moment de la ruée vers l’or n’est pas une destination touristique de premier choix et pourtant, elle est depuis 1920 l’annexe d’Hollywood en quelque sorte. On ne compte plus en effet le nombre de films dont certaines scènes ont été tournée sur les hauteurs de la ville dans les Alabama Hills  Le dernier en date étant Transformers. Il est d’ailleurs possible de fouler du pied les différents lieux de tournage en suivant la Movie Road, véritable chemin de Compostelle pour cinéphiles avertis. Autrement, si vous n’êtes pas amateur de films, vous pourrez déambuler au milieu des rochers aux formes bizarres, dont certains sont décorés!

Après cette étape amusante, nous sommes remontés en voiture et, après un peu de route, nous sommes enfin arrivés. A peine l’entrée du parc franchie, on comprend que l’espace vierge dépourvu de toute forme de vie, le désert sans aucun intérêt que l’on s’imaginait est bien loin de ce que nous apercevons maintenant.

Car Death Valley regorge de sites exceptionnels, tous plus fantastiques les uns que les autres à quoi il faut ajouter cette impression d’être « Au bout du monde », voir sur une autre planète: Une chaleur écrasante, pas de site d’approvisionnement en eau ou en essence à des kilomètres à la ronde ni de réseau téléphonique, aucune trace du passage de l’homme dans le coin si ce n’est la route sur laquelle on roule et des paysages à vous couper le souffle.

Voici une liste non exhaustive des merveilles de ce parc:

Mesquite Sand Dunes Cet ensemble de dunes de sables ressemble à un mirage, le contraste entre la blancheur du sable et les couleurs alentours est saisissant. Il est amusant de penser que ce paysage n’est pas fixe et change sans arrêt sauf la plus grande dune, Star Dune, qui correspond à un point de convergence des vents!

Harmony Borax Interpretive Trail Ce chemin mène aux ruines d’une mine de Borax: L’occasion de découvrir l’histoire de la 20-Mule Team. Chargée de convoyer le Borax fraîchement extrait vers le chemin de fer le plus proche, cet équipage devait parcourir 270 kilomètres et plus de 1200 mètres de dénivelé en 10 jours. Un exploit dans un environnement si hostile!

Badwater

Il s’agit très certainement de l’endroit le plus surnaturel où je me sois jamais trouvé de toute ma vie. Badwater est l’endroit non immergé le plus bas des Etats-Unis et parmi les plus bas du monde. A cet endroit, nous sommes à 86 mètres en dessous du niveau de la mer. Une pancarte fixée à la paroi rocheuse matérialise ce dernier. Et dire que l’endroit le plus haut du pays, si l’on excepte l’Alaska, est à quelques kilomètres de là, il s’agit du Mont Whitney qui culmine à 4418 mètres! Le silence est total, l’émotion palpable. Tout ce qu’il reste du Recent Lake, évaporé depuis des lustres (3000 ans), c’est une mare remplie de sel cristallisé et autour duquel volent de nombreuses libellules. Une partie est totalement lisse et permet de faire quelque pas comme sur la glace l’hiver, promenade surréaliste!

Devil’s Golf Course Un chemin non goudronné vous mène aux abord d’un endroit très bizarre. Un champ de boue salée, vestige d’un autre lac évaporé. L’étrangeté de trouver de la boue, certes séchée, dans un endroit si sec combiné au nom diabolique de l’endroit vous laissera sûrement un souvenir impérissable.

Artist’s Drive Simple détour sur Badwater Road, cette petite route tortueuse se faufile entre les rochers multicolores. Ne manquez de vous arrêter un instant pour observer Artists Palette, véritable mosaïque naturelle. A vos appareils photos!


Golden Canyon Cet endroit incroyable est le point de départ de plusieurs randonnées. Armez vous de courage et de beaucoup d’eau, entrez par le passage étroit dans le canyon … Profitez!

Il est temps de prendre un peu de hauteur, remontez en voiture et dirigez vous vers Zabriskie Point qui offre un point de vue merveilleux sur le haut de Golden Canyon.

Avant de quitter la vallée, il faut absolument rejoindre Dante’s View. Certes la route pour y parvenir est très escarpée, mais il s’agit du plus beau panorama sur Death Valley. On peut, de là, observer en contrebas Badwater une dernière fois. Splendide!

A la sortie du parc, on est certes vivants mais plus tout à fait pareil qu’au moment où l’on est entrés! Pourra t-on découvrir, un jour, quelque chose de plus étonnant?

Compte tenu de notre emploi du temps très chargé, nous avons dû faire l’impasse sur d’autres endroits tout aussi fantastiques, comme Scotty’s Castle (Demeurre imposante construite par un financier vers 1920 à qui l’on avait fait croire que la vallée était remplie d’or!) ou Racetrack Playa et ses roches qui semblent bouger comme par magie. Une deuxième visite semble s’imposer!

Pour finir, un mot sur l’hébergement. Nous avons passé la nuit au cœur du parc, dans l’oasis artificielle de Furnace Creek. Outre la chaleur, le piètre dîner auquel nous avons eu droit ne nous a pas vraiment aider à trouver le sommeil. Le complexe hôtelier n’est vraiment pas à la hauteur de l’endroit où il se trouve malheureusement.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités