Mots-clefs

, , ,

Amateurs de films originaux, ne manquez sous aucun prétexte Take Shelter.
Mettre à l’abri sa famille (en anglais Take Shelter his family), c’est bien ce qu’à en tête le personnage principal, Curtis LaForche, lorsqu’il entreprend de rénover l’abri anti-tornade qu’il a dans son jardin. Cette soudaine préoccupation n’est malheureusement pas comprise par son entourage professionnel et familial.
Il faut dire que depuis quelques temps Curtis n’est plus le même: Cauchemars terribles, hallucinations, absences, … Tout le monde s’inquiète, même lui traumatisé par la maladie mentale de sa mère. Est-il en train de devenir fou à son tour ou bien est il le seul à ressentir ces signes prémonitoires d’une grande catastrophe?

Alors que le vide se fait autour de lui, sa femme refuse de l’abandonner même si le comportement maladif de son mari a non seulement mis leur vie sociale en péril mais également fortement compromis l’opération dont sa fille avait besoin suite à des problèmes de surdité.

Il est certains films où la réponse à vos questions ne vous sont pas données mais simplement suggérées. Take Shelter en fait partie. Lorsque que le générique de fin arrive, le film n’est pas tout à fait terminé et il faut encore quelques minutes de réflexion afin de se construire sa propre interprétation.

Certains vous recommanderont de le voir une seconde fois avec des yeux d’enquêteur afin de dénicher le/les indice(s) permettant de trancher quant à l’interprétation qu’il faut en avoir. D’autres comme moi s’émerveilleront devant la capacité de certains réalisateurs, dont fait partie Jeff Nichols, de construire des films « 2 en 1 ».

Accueilli unanimement par la critique et loin des traditionnels blockbuster américains, ce film est vraiment étonnant. A ne manquer sous aucun prétexte.

Bonne séance

Publicités